Depuis la pierre, le silence des baleines

C’est la troisième fois qu’on vient respirer l’air du Fjord-du-Saguenay. En 2015 et 2016, c’est depuis des zodiaques qu’on est parti rencontrer les baleines. On a même aussi tenté une sortie en kayak sur le Saint-Laurent, à la fois sportive et réussie. Cette année, on a opté pour une observation moins intrusive en restant sur la côte. Quand on évoque l’idée d’aller observer les baleines à Tadoussac, on pense immédiatement aux excursions maritimes. Mais sachez qu’il existe trois points d’observations répartis le long du fleuve dont Pointe-Noire et le Cap de Bon-Désir.

L’observation dans le fleuve Saint-Laurent

Le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent est l’un des meilleurs endroits au monde pour observer les baleines. Chaque été, des milliers d’entre elles s’y retrouvent pour s’alimenter des poissons et du plancton qui y pullulent. On peut retrouver jusqu’à 13 espèces différentes dans cet habitat estival, bien que l’orque y soit rarement aperçu. Cette activité est très populaire et réunis des milliers de touristes chaque année. Le parc en profite justement pour les sensibiliser à la fragilité du monde marin et de ses habitants. La règlementation du parc marin est aussi très stricte. Le but est que les activités pratiquées ici soient un modèle d’utilisation durable. Par exemple, des distances sont prescrites pour toute embarcation située à proximité d’un mammifère marin, qu’elle l’ai choisi ou non. Le temps de présence dans les zones d’observation est lui aussi scruté à la loupe.

Le règlement dans le parc marin

Le Centre d’interprétation et d’observation de Pointe-Noire

Situé entre Baie Sainte-Catherine et le traversier vers Tadoussac, le Centre d’interprétation et d’observation de Pointe-Noire est une promenade de bois le long de la roche. Après avoir traversé la Maison du Gardien, on peut admirer la jonction du Fjord du Saguenay et du fleuve Saint-Laurent depuis une terrasse aménagée. Ici, des jumelles et longues vues sont à disposition. Un guide-interprète facilite l’observation des baleines en expliquant leurs comportements. Il signale également leur présence lorsqu’elles font leur apparition, ce qui est d’une grande aide.

Centre d'interprétation et d'observation de Point-Noire - Côté Hublot

L’accès à ce point d’observation est payant (5.80$/adulte) mais la vue de mammifères marins n’est évidement pas garantie. Les fonds servent au financement de la préservation des fonds marins. En ce dimanche 7 octobre, on se sent tout de même chanceux de pouvoir apercevoir quelques bélugas (longueur entre 2,5 et 4,5 mètres) et deux « petits » rorquals (longueur entre 6 et 10 mètres). Petit rapport au rorqual commun on s’entend…

Le centre d’interprétation et d’observation du Cap de Bon-Désir

Après avoir traversé le Fjord en ferry et avoir soupé au café Bohème à Tadoussac (jolie petite adresse), c’est l’heure de fermeture quand nous arrivons à la maison du gardien du Centre du Cap de Bon-Désir, aux Bergeronnes. Les installations ferment à 17h00. On avait un peu oublié… Le préposé à l’accueil nous propose tout de même une solution, histoire de n’avoir pas fait tout ce trajet pour rien. Il nous indique qu’on peur se stationner avant la barrière (pour ne pas se retrouver bloqué quand il sera parti) et nous rendre à pied sur le site qui reste accessible. Nous appliquons son conseil à la lettre et arrivons, après un petit dix minutes de marche dans les bois, sur les rochers qui bordent le fleuve.

Centre d'interprétation et d'observation du Cap de Bon-Désir - Côté Hublot

Le soleil est route vers l’horizon, une couleur rose s’empare du ciel. Ici règne un calme par moment comblé par le chant du vent. Nous sommes une vingtaine à attendre patiemment qu’une baleine remonte à la surface. On espère secrètement apercevoir un aileron ou même une queue si on veut bien rêver. Ca arrive, et très proche du rivage. Ici un rorqual qui longe la rive, là un phoque qui nage sur le dos. La nature s’offre à nous et nous ne souhaitons que l’admirer discrètement. On se sent petit, on se sent humble et reconnaissants. La nuit tombe et la noirceur met fin au spectacle.

L'observation des baleines depuis le Cap du Bon-Désir - Côté Hublot

Le calme du rivage

En 2016, nous avions justement planté notre tente au camping Paradis Marin situé à côté du Cap de Bon-Désir. Les emplacements se tiennent à quelques mètres du rivage. Aussitôt réveillés, nous allions nous installer sur les rochers observer les baleines les plus matinales. J’ai rarement vécu des moments aussi ressourçants que ceux-ci.

Au lever du soleil comme au coucher, c’est dans ces instants que nous avons assisté aux plus belles performances de ces gigantesques mammifères marins. Envol dans les airs avant de plonger vers les profondeurs, nous avons été gâtés. Ils sont de ces instants qui n’existent pas en photo. Nous étions bien trop occupés à vivre le moment plutôt que le documenter. On est heureux pareil de les avoir bien au chaud dans nos souvenirs.

Un phoque s'amuse dans le fleuve Saint-Laurent - Côté Hublot

 

– Toutes les photos de cette longue fin de semaine sont à retrouver ici –

Share :
You may also like
S’élever sur les chemins
du Parc National des Grands-Jardins
QUÉBEC
Randonner à moins de deux heures de Montréal
QUÉBEC

Leave a Comment