Le HIIT m’a testé

J’ai essayé le CrossFit Endurance. À noter la différence avec le CrossFit pur, la logique est de mélanger les entrainements de CrossFit avec des exercices propres aux sports d’endurance. Soit moins de portés, et plus de cardio. Le but étant de réaliser un maximum d’efforts sur la durée de la séance.

C’est un couple d’amis totalement contaminé par ce virus sportif (aka Louise & Ju) qui nous ont convaincus d’essayer. Plus tôt dans la semaine, quand j’ai raconté mes plans du week-end, on m’a quand même dit un truc du genre « il y a des seaux partout dans les CrossFit… tu sais pour vomir. À cause de l’effort. ». Alors pour se donner du courage, on est allé en gang de newbies, leadée par Julien bien sûr. J’étais encore un poil dubitative avant d’entrer dans le gym.

C’est au CrossFit Waverly que s’est déroulée cette nouvelle expérience. La salle est un grand hangar aménagé : cordes, tapis, barres, altères, poids, cordes à sauter, rameurs, etc. À première vue, une simple salle de torture. Julien s’improvise coach et nous entraine dans une petite séance d’échauffement avant de nous présenter le programme de la séance du jour. Direction le tableau :

*Bruits de criquets*

À part « air squats » et « rameur », rien ne me disait de quoi dans cette liste. Mais je ne feelais déjà pas très bien. Peut-être à la vue de tous ces chiffres ? Qui sait… Julien a évité de mentionner notre air désemparé. Il a continué notre initiation avec enthousiasme en nous faisant un petite démonstration histoire de bien intégrer chaque position. Après quelques essais, j’en étais à me demander si j’étais vraiment capable de réaliser tout l’exercice. Sans blague, j’étais déjà fatiguée. Julien s’était cependant jusque là bien retenu de nous le dire mais le but final était de répéter cette liste un maximum de fois en 45 minimum. … On a ravalé un ok bye qui ne pensait lui aussi qu’à s’échapper, pour se mettre en position. C’était parti.

… 45 minutes sont passées. Le compteur les a bien toutes égrainées. Des légers étourdissements, des muscles qui n’en peuvent plus et une évacuation de sueur tout bonnement incroyable mais pas de régurgitation ! Comme son nom l’indique (et de manière assez évidente), le but du CrossFit Endurance est de travailler son endurance face à l’effort physique. Dans les faits, ça veut dire que les newbies (nous) réussissent à compléter une fois la liste et peut-être à entamer une deuxième série de squats, quand les plus assidus (Julien) plient deux fois et demie le programme complet. On oublie donc la compétition et on focus à dépasser ses propres limites. C’est déjà bien assez. Lorsque le compte à rebours se fige, tout le monde sans exception se laisse choir et ce n’est plus qu’un concerto de respirations haletantes qui résonne dans le gym. Là, seulement là tout le monde est à la même place.

On est bien évidement sortis vidés de cette séance de sport. C’était vraiment intéressant car jamais au grand jamais je ne me serai poussée à aller aussi loin si j’avais été seule. Nope. J’aurai probablement pas mal diminué le nombre de répétitions de chaque exercice, ou carrément abandonné. Julien nous a gratifié d’un Good job guys, on bin était fiers de nous. Malgré les muscles qui brûlent et qui semblent se déchirer, on a réussi à aller jusqu’au bout des 45 minutes et à se surpasser. En voilà un sentiment gratifiant!

Ensuite de ça, mes jambes ont mis trois semaines à s’en remettre. No kidding. Mais c’est une autre histoire.

 

Share :
You may also like
Les 8 semaines bien-être du ANWT Challenge
SPORT
Nike surf sur le body positivisme sans assumer
SPORT

Leave a Comment