Vingt-quatre heures en Nouvelle-Écosse, pour l’amour du surf

Ça nous a pris quatre heures pour atteindre Halifax depuis l’Île-du-Prince-Édouard après notre roadtrip en Gaspésie. L’excitation de pousser encore plus loin notre trip (et d’aller surfer a rendu le voyage super rapide. Après avoir pris la décision inattendue de venir ici, le manque de campings et les prix élevés des hébergements nous ont presque fait déchanter. Finalement, on a trouvé de quoi planter la tente dans le Parc Provincial Porters Lake, un emplacement avec une vue royale en prime. Tout est parfait, la folie, nous va bien.

Un bien beau beach-break

Le jour se lève. C’est sur les conseils de Val et Karine qu’on part en destination de Martinique Beach. Il parait que la plage est une de plus belles de Nouvelle-Écosse. On loue l’équipement (qui dors évidemment à Montréal) à Marc chez Halifax Surf School, qui nous conseille des planches en mousse pour un maximum de fun sur les vagues du jour. On fait confiance à ce surfeur qui vit sur l’océan depuis quinze ans et on arrive face au beach-break.

Session de surf à Martinique Beach, Nouvelle-Écosse, par Côté Hublot

Session de surf à Martinique Beach, Nouvelle-Écosse, par Côté Hublot

Session de surf à Martinique Beach, Nouvelle-Écosse, par Côté Hublot

On a eu tellement, mais TELLEMENT raison de venir ici ! Les vagues sont magnifiques, le temps est superbe et l’eau transparente. Avec des lignes d’une dizaine de secondes, c’est ma plus belle session surf à vie ! Mis à part que je voudrais passer ma vie comme ça, en wetsuit et les cheveux salés, à flotter sur une planche, je n’ai rien à ajouter.

Toutes les bonnes choses ont une fin

L’ouragan Dorian frappera la Nouvelle-Écosse à compter de samedi. Des vagues de dix à quinze mètres accompagnées de précipitations de trente millimètres de pluie par heure sont annoncées. Le parc dans lequel on dort fermera ses portes demain pour éviter les accidents pendant la tempête.

Ce sera le moment pour nous de rentrer à Montréal. On a encore une bonne douzaine d’heures de route à faire avant d’y arriver, alors les étaler sur deux jours ne nous fera pas de mal. Ces vingt-quatre heures en Nouvelle-Écosse closent inopinément mais impeccablement ce roadtrip de deux semaines. Partir sans tout planifier à l’avance nous a permis de nous découvrir davantage et de vivre des expériences inoubliables. L’aventure fut tout simplement par-faite ! On espère remettre ça l’année prochaine !

Session de surf à Martinique Beach, Nouvelle-Écosse, par Côté Hublot

Session de surf à Martinique Beach, Nouvelle-Écosse, par Côté Hublot

Share :
You may also like
– Gaspésie –
Jour 1, le début de l’aventure
CANADA - QUÉBEC
– Gaspésie –
Jour 5, jusqu’au Bout du Monde
CANADA - QUÉBEC

Leave a Comment