La tête dans le brouillard sur le Parker Ridge Trail

Les paysages nuageux du Parker Ridge Trail

Après notre grosse expédition d’hier au sommet du Cirque Peak, on s’offre une petite grasse mat’ jusqu’à 8h00 aujourd’hui. On a opté pour un camping sur la Promenade des Glaciers, tout proche du Parker Ridge Trail.

Profiter des beautés de Banff

C’est la première fois qu’on expérimente les campings en auto-enregistrement Parcs Canada. Il n’y a ni staff ni service. Si un emplacement est disponible, on remplit ses informations sur une enveloppe, on glisse son argent (ou ses numéros de carte) et on la dépose dans une boîte. Et hop, le tour est joué. On adore le principe et c’est moins cher que les campings avec services (qui sont de toute façon pas mal fermés à cause du COVID).

Parce qu’on est au cœur des glaciers, on n’a pas du tout de réseau ici. Les citadins que nous sommes ont créés des listes et pinés dans des apps les endroits qui les intéressaient. Résultat, on n’a plus accès à rien. Heureusement, on avait aussi apporté une carte papier de la région « just in case ». On peut donc au moins se fier là-dessus pour retrouver les randonnées auxquelles on pensait. C’est un peu plus long sans barre de recherche mais ça se fait bien pareil. Surtout au petit déj.

La journée est nuageuse, on privilégie donc le Parker Ridge Trail, une petite randonnée qu’on croise en chemin. Le brouillard nous empêche d’apercevoir le point de vue principal, le glacier Saskatchewan et son lac d’altitude. Mais l’ambiance qu’il créé nous offre tout de même de belles vues. On a aussi la chance de voir paitre autour de nous de nous des troupeaux de mouflons d’Amérique. Juste là, à 10 mètres de nous. On est gâtés. Et c’est fou comme tout est une question de timing ! Le relief est tellement dense. Si on était passés 20 minutes avant ou 20 minutes après, on ne les aurait même pas aperçus.

Avant de découvrir les surprises de Jasper

On quitte le Parc National de Banff pour pénétrer dans le Parc National de Jasper. On a réservé deux nuits au camping Wapiti et la première chose qu’on fait en arrivant c’est partir à la douche. Oui, ici il y en a une qui est ouverte ! Oh joie ! Après cinq jours à se laver à la lingette, celle-ci est salvatrice.

La météo annoncée demain n’est pas extraordinaire. On va surement en profiter pour prendre ça relax et aller faire une machine en ville. Ça aussi ça fait partie de la logistique du road-trip en van : puisqu’on n’a pas pu apporter trop d’affaires, on va commencer à manquer de linge propre. En attendant, ce soir on reçoit une maman wapiti et son petit à dîner.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.