Surfeurs sur la plage de Tatadahoma Beach, dans la Péninsule d'Izu, Japon, par Côté Hublot

– Un voyage itinérant au Japon –
Péninsule d’Izu et fin du voyage

Jour 18, Minamiizu.

Tôt ce matin, on a quitté l’île sacrée de Miyajima pour venir surfer dans la péninsule d’Izu. Après un faux mouvement hier soir, mon épaule, fragilisée depuis quelques mois, décide de me lâcher et de pourrir mon surf trip par la même occasion. Pas de vague pour moi.

On a quand même de la chance, le très mauvais temps annoncé n’est pas si pire que ça et c’est seulement un ciel voilé qu’on découvre sur place. Après être passé louer du matériel pour Seb, c’est sur le bord de Tatadohama Beach qu’on gare notre Suzuki carrée. C’est la plage du coin où avoir le plus de fun en ce moment, les autres étant trop exposées au vent qui souffle ces temps-ci. En effet, une vingtaine de surfeurs attendent patiemment en ligne la prochaine batch. Les vagues grossissent lentement jusqu’au pic de midi où le déferlement se fait plus intense. Sur le sable, nous sommes deux à se faire balayer par des bourrasques ensablées à rythme régulier. 

Les routes de la Péninsule d'izu et la plage de Tadahoma (Japon), par Côté HublotLes routes de la Péninsule d'izu et la plage de Tatadahoma (Japon), par Côté Hublot

Six heures de surf pour lui, de photos/films/lecture/pleurs pour moi, plus tard, une pluie diluvienne nous invite à aller dévorer un curry parce qu’il est quand même presque 17h00 et qu’il ne faut pas déconner non plus…

Ce soir, on dort chez Jun, dans son complexe fait de bois, accroché au flanc d’un mont. Puisqu’il pleut, on ne peut malheureusement pas profiter ni du feu de camp, ni des terrasses. Mais l’atmosphère chargé d’humidité nous renvoie des effluves boisées qui viennent éteindre les braises de cette petite déception.

Jour 19, péninsule d’Izu.

Aujourd’hui, c’est donc dans une cabane en bois perchée sur le flanc d’une colline qu’on se réveille. Malgré la pluie annoncée, c’est un grand ciel bleu qui nous attend dehors ! Lors de notre réservation, Jun, le propriétaire des lieux, a su grâce à ma photo de profil que nous aimions surfer. Il nous a illico vanté les mérites de sa région avant de nous offrir de nous prêter planches et wetsuits. 

Ce matin, nous le retrouvons donc, tout sourire, prêt de son atelier. Très enthousiaste, il nous propose même de nous prêter son camion si nous voulons le longboard, mais Seb opte pour la shortboard qui rentre sans problème dans notre Suzuki carrée. L’ayant averti que je ne pouvais malheureusement pas surfer à cause de mon épaule capricieuse, il m’offre une boite de patchs analgésiques pour soulager ma douleur. À cet instant, dans nos yeux, cet homme est l’un des plus gentil que la Terre ait jamais porté.

Sur ses conseils, on retourne sur la plage de Tatadohama puisqu’elle offre encore aujourd’hui les meilleures conditions. Les vagues sont plus puissantes qu’hier mais on doit quitter a midi pour terminer notre trip à travers la péninsule.

Péninsule d'Izu et Villa Yumigahama, par Côté Hublot

Après avoir rendu ses jouets à Jun et l’avoir remercié, on prend la route de la côte. C’est très sinueux, les virages en épingle s’enchainent en plein coeur d’une végétation flamboyante. On est aux anges. Quelques arrêts depuis différents caps nous offrent de belles vues sur l’océan. En chemin, on croise un singe. La région en dénombre beaucoup mais c’est le premier dont on croise la route. Plus tard, on se lance dans une randonnée qui grimpe à pic sur 900 mètres. À peine arrivés au sommet, la pluie démarre. C’est le moment pour nous de rouler jusqu’à Atami où nous rendons la voiture.

Ce soir, nous sommes de retour à Tokyo. Autour d’un des ramens les plus délicieux qu’on n’ait jamais mangé, Koh nous apprend les rudiments de l’origami. Grâce à elle, on réalise notre premier cygne. Demain sera notre dernier jour au Japon, la fin du voyage se fait sentir.

Une promenade à travers la Péninsule d'Izu (Japon), par Côté Hublot

Jour 20, Tokyo, dernière virée. 

Ca y est, le voyage se termine. Après trois semaines à voyager à travers le Japon, onze villes visitées et plus de 1800 kilomètres parcourus, nous vivons notre dernière journée à Tokyo. C’est depuis l’observatoire de l’hôtel de ville que nous saluons la capitale tokoïte. On boucle la boucle en passant notre dernière soirée dans le quartier de Sangenjaya, le premier à nous avoir émerveillés il y a vingt jours. 

Demain, c’est le retour à Montréal. Les valises sont pleines de gadgets et peluches nippones qu’on n’a pas pu se retenir d’acheter. On a vécu tellement de choses et visité tellement d’endroits qu’on a le sentiment d’avoir passé plusieurs mois ici ! Le temps est une notion bien relative quand on prend le temps d’observer ce qui se passe autour de nous et de vivre pour de vrai.

Dernière virée dans le quartier de Sangenjaya, à Tokyo, par Côté Hublot

C’est donc à la fois tristes et satisfaits que l’on quitte le Japon. Nous sommes très heureux d’avoir pu faire ce voyage et notre itinéraire fût finalement parfait pour nous. On se sent aussi chanceux d’avoir pu faire de superbes rencontres comme celle de Koh à Tokyo, Shiran et Dan à Tsumago, Kenji Santo et Noah à Kyoto. Tous ces beaux moments passés ensemble à se découvrir n’ont pas de prix. On revient aussi plus intéressés encore par tout ce qu’on a appris de la culture et de l’histoire de ce pays subjuguant et empli de contradictions. 

Arigatou gozaimasu au Japon pour nous avoir permis de se sentir intensément vivants ces trois dernières semaines. Petite courbette, on espère revenir te rendre visite d’ici quelques années, on a encore un monde entier à découvrir avant.

Promenade de la Philosophie, à Kyoto, Japon par Côté Hublot

Share :
You may also like
Les rues du quartier de Shimotikazawa, à Tokyo, par Côté Hublot
– Un voyage itinérant au Japon –
Cinq jours à Tokyo
JAPON
La découverte de Nara (Japon), par Côté Hublot
– Un voyage itinérant au Japon –
Nara et Koyasan
JAPON