Les plages du Maine où enfiler ton wetsuit

On nous répète que Septembre est la période parfaite pour aller surfer dans le Maine. Bien qu’on ai déjà eu droit à de belles grosses vagues fin Juillet, on ne s’est pas fait prier pour re-sangler la planche sur le toit, et repartir voir de quoi l’océan est capable au début de l’automne.

The Wall, Hampton Beach

Il est 4h30, la voiture est chargée, c’est parti. Il n’est pas encore 10h00 quand on arrive au bord de l’océan. Les vagues ne sont pas déchainées mais les prédictions météo pour aujourd’hui sont bonnes. On a déjà une planche, on décide de louer seulement 2 wetsuits chez Cinnamon Rainbows Surf Co. et voir comment la journée se déroule. L’avantage c’est que le surf shop est juste à côté de la plage. Il n’offre pas de stationnement mais il y a un très long parking le long de l’océan (2$US/heure) et on ne peine pas à trouver une place.

Le gars du surf shop nous explique que les rues sont toutes numérotées de long de l’océan. Il nous conseille de nous placer entre la 14th et la 20th pour trouver les meilleurs vagues. On a suivi son conseil, il ne mentait pas. Rapidement, la marée monte et la plage disparait. Le sable a complètement disparu. On ne voit plus maintenant que les gros rochers et le long mur de béton d’après lequel la plage a été nommée.

En résumé, le stationnement est facile et la présence du surfshop est pratique quand on a besoin de louer du matériel. Par contre, il faut aimer le béton et ne pas avoir l’intention de chiller sur le sable en cours de session. Bonus : on a testé le bol Acaï au petit restau “The Secret Spot » et les bagels de « KB’s Bagels and Java » (qui ouvre à 6AM), et c’était pas mal du tout.

Wells Beach

Le deuxième jour, on a voulu louer une deuxième board. Le premier shop qu’on a testé (Wheels N Waves) n’en avait déjà plus de disponibles à la location à 10h00. Sur ses conseils, on s’est rendu chez Aquaholics à Kennebunk. Lorsqu’on est arrivé, il n’en restait que trois. Celui qui nous a servi réussissait à être à la fois sympathique et efficace. Même s’il était seul à gérer le rush, il répondait à toutes nos questions et restait plus que serviable. Le surf shop n’étant pas à côté de la plage, il prenait aussi le temps d’installer lui-même les planches sur les toits en leur prêtant des sangles.

Pour s’informer des conditions de surf, on utilise le site magicseaweed.com (qui. quelques semaines plus tard, ne s’avéra pas si fiable). Cette journée là, c’est Wells Beach qui affichait les meilleurs précisions. Et on se doute bien qu’on n’est pas les seuls à s’être tenus informés du surf report de la région, car il y beaucoup de monde sur la route et tous prennent la même direction que nous.

On réussi à trouver une place dans le parking situé à l’entrée de la presqu’île (3$US/heure) mais on est chanceux. Wells Beach est une très grande et longue plage. Tous les plagistes sont agglutinés aux extrémités parce c’est là que sont les stationnements mais passé le premier flot de chaises pliables et de tentes de plages, on se sent bien tranquilles. Il y a plusieurs accès piétons (Public Way) le long de la route principale. Il est impossible de se garer ici mais ces chemins numérotés permettent là encore de se repérer. Ce jour là, les vagues sont au rendez-vous entre les accès PW4 et PW 10.

Première fois à Wells Beach, mais pas la dernière ! On a douté sur la route. On a douté en observant une eau plate depuis le parking. On a douté en remontant trop longtemps la plage avec nos planches au bout du bras mais c’était vraiment parfait. Et malgré le grand nombre de véhicules au pied carré, on faisait parti des seuls à surfer. C’est certain, Wells Beach bat de loin Ogunquit Beach, la plage la plus citée quand il s’agit d’aller surfer dans le Maine.

.

Le mauvais camping

Ce week end là, parce qu’on s’y est pris au dernier moment et que c’était un week end de trois jours aussi bien au Canada qu’aux USA, on s’est retrouvé dans le seul camping ayant un emplacement de disponible. Et c’est un NON catégorique pour le Gregoire’s Campgrounds.

Nous qui étions tout excités à l’idée d’entendre le doux crépitement du feu mêlé au chant nocturne de la nature, nous avons été bien bien déçus. Les propriétaires du camping n’ont pas jugés utile d’instaurer un couvre-feu ce qui signifie que personne n’est encouragé à respecter un niveau de bruit réduit, jamais. En plus des voisins bruyants, on distingue très bien l’autoroute qui passe juste à côté, ainsi que la voie ferrée dont le klaxon des trains nous ont surpris jusqu’au milieu de la nuit.

.

D’autres plages dans le Maine

Ogunquit Beach

La première plage citée lorsqu’il s’agit d’aller s’amuser dans les vagues du Maine, c’est Ogunquit. J’en ai déjà parlé dans ce billet après ma première fois dans la région. C’est une bonne plage pour surfer et il y a un surfshop pas très loin offrant un stationnement gratuit (à 10mn de marche de la plage). Mais j’y suis retournée depuis et le service à la cliente du Liquid Dream Shop reste à désirer. Ils ne sont ni arrangeants, ni aimables, ni organisés. Ça ne me donne pas envie d’y retourner louer du matériel.

Kennebunk Beach

C’est la plage la plus proche du Aquaholics Surfshop. Même si elle dispose de la même orientation que Wells Beach, il semble y avoir des vagues de moindre importance. Alors peut-être pour le surf (selon les conditions journalières) mais en tout cas, c’est une jolie petite plage pour se baigner. Il y a du stationnement le long de la plage pour 25$US la journée, autrement dans les petites rues autour si on veut y rester seulement quelques heures.

Higgins Beach

C’est une petite plage achalandée les journées de fortes chaleur. Le surf y est interdit de 11h00 à 17h00 entre le 15 Juin et le 15 Septembre. La plage est longue mais pas très grande. Elle est courtisée et la petite ville offre peu de stationnement. Quelques places le long de la plage offrent deux heures de parking gratuit aux plus chanceux. Autrement, il faut essayer de trouver un espace autorisé dans les rues résidentielles, ou sinon se résigner à dépenser 15$ US au parking public. Prévoyez de quoi manger, la première restau-boutique est à l’entrée de la ville, à un kilomètre de la plage.

Hampton Beach

C’est une grosse plage achalandée. Elle est longée par une route et une promenade commerciale. C’est le parfait combo beach shops, bouffe et pots d’échappements. Elle n’est pas charmante mais on peut s’y baigner. Le surf y est interdit en raison d’un trop grand nombre de baigneurs. La seule section où il est autorisé est North Beach, soit The Wall Beach.

On est dimanche et j’écris le brouillon de ce billet dans le line-up frontalier qui nous sépare du Canada. Ca fait déjà plus d’une heure qu’on avance petit à petit et on n’est pas encore rendus. Mais bon, si c’est le seul prix à payer pour ce genre de fin de semaine salée, on est game de repartir tous les week-ends. <3

Plus de photos ici

Share :
You may also like
L’ascension du Mont-Washington
USA - VOYAGE
Reconnecter à Shelburne Farms, Vermont
USA

Leave a Comment