• Home
  • ACTIVITÉS
  • Parc régional de la rivière Gentilly : découvrir les avantages du ski-hok et du fatbike

Parc régional de la rivière Gentilly : découvrir les avantages du ski-hok et du fatbike

Quand on veut quitter la ville, un de nos premiers réflexes est de se tourner vers les parcs Sépaq. On pense moins aux Parcs Régionaux au Québec, pourtant nombreux autour de nous. Cet hiver, on a essayé d’inverser la tendance avec une visite au Parc Régional de la Rivière Gentilly, à dos de fatbike et de ski-hok.

Trouver des nouveaux terrains de jeu

On a beau sortir souvent de Montréal, il y existe, fort heureusement, encore beaucoup d’endroits qu’on ne connait pas! Le Parc Régional de la Rivière Gentilly en faisait partie. Situé à presque 2h en voiture de Montréal, le Parc encourage les amoureux du plein-air à profiter d’activités récréatives et sportives, en toute saison.

Pour notre première visite, on a décidé de ne pas y aller à moitié et de tester deux nouvelles activités : le fatbike d’hiver et le ski-hok! Le terrain de jeu du Parc de la Rivière Gentilly s’y prête bien. Il compte 24 km de sentiers partagés, comptant pumptrack, pistes familiales et pistes «experts».

Le ski-hok : la découverte de l’hiver

Pour cette sortie, on est quatre : deux sur roues et deux autres à glisser. Même si on ne pratique pas la même activité, les deux se déroulent sur les mêmes sentiers. On peut donc quand même passer la journée ensemble sous le beau soleil de Mars !

Le fatbike, c’est un vélo aux pneus surdimensionnés qui permet de passer partout. Les roues font 4 pouces ou plus, c’est donc très stable et très adhérent. C’est imposant, mais étonnament pas si lourd ! Peut-être que ce qui se rapproche le plus c’est le vélo de montagne, mais ce n’est pas non plus la même chose.


À lire aussi : S’initier à l’enduro sur les pistes de Bromont


.

Le ski-hok, je n’en avais jamais entendu parler avant cette année. C’est un mix entre le ski de fond et la raquette pour se déplacer plus rapidement et plus facilement dans la poudreuse. Ce sont des skis courts et larges sur lesquels sont installées des fixations universelles pour les porter avec n’importe quelles bottes. Une fois fixés, on ajuste les bâtons et on peut commencer notre balade.

Le même lieu pour deux aventures différentes

On débute notre balade tous les quatre. Très vite, les fatbikes prennent de l’avance et s’engouffrent plus loin dans les sentiers. En ski-hok, on est moins rapides. Les premiers mètres sont un peu déstabilisants. Ça glisse, c’est plus ou moins stable dans les pentes, et puis on n’est pas habitués à la petite taille du ski. Une fois les premières minutes passées, on prend le truc et c’est parti!

Le bruit de la peau sous le ski qui empêche de glisser en arrière fait un bruit de fusée quand on avance le ski. Ça nous donne l’impression d’aller extrêmement vite, sans que ce soit le cas. On fini pourtant par rattraper ceux qui nous accompagnent en fatbike. Pas parce qu’on est plus rapides (non ils ont eu le temps de faire plusieurs sentiers sans nous) mais quand on tombe face à une côte, c’est pas mal moins demandant en ski-hok que sur un deux roues. À nous de passer devant !

.


À lire aussi : Randonner à moins de deux heures de Montréal


.

Des avantages à chaque activité

Le ski-hok permet de gravir les pentes très facilement, d’avancer sur zone plate rapidement et de descendre les côtes sans avoir à déchausser. Ça prend une petite technique quand même parce que c’est moins stable qu’un ski classique, mais sa petite taille en fait un outil très malléable. Avec ça au pied, on s’est offert une balade tout en légèreté. On a pu aller explorer les environ plus loin que si on était allé à pied. Croyez-le ou non, ça nous a paru tellement grand qu’on a même été capables de se perdre.

Le fatbike c’est une manière de faire du vélo en hiver. Avec ses gros pneus et son large guidon, la conduite est hyper confortable sur tous les terrains. Même en prenant peu de vitesse, on obtient des sensations assez rapidement dans les sentiers sinueux du Parc Régional de la Rivière Gentilly et le terrain de jeu est grand !

Après 3h30 à marcher, rouler et respirer dans le Parc, on a repris la route vers Montréal. Le corps agréablement fatigué par l’activité et les joues rougies de fraicheur et de soleil, on s’est promis de renouveler l’expérience plus tôt dans la saison l’année prochaine.

Laisser un commentaire